En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître des Privilèges

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre de Majorque (deuxième quart du xive s. ).

Millard Meiss a proposé de grouper autour du plus célèbre manuscrit enluminé majorquin, le Livre des Privilèges (Palma, Archives historiques), l'œuvre d'un artiste de talent, chef d'un atelier à Majorque, qui exécuta des manuscrits enluminés et des panneaux peints. Au frontispice du texte catalan sont étroitement liées les peintures ornant le Manuscrit des lois palatines promulguées par le roi Jacques III de Majorque en 1337 (Bruxelles, Bibl. royale). Au frontispice du texte latin se rattachent davantage le Retable de sainte Quiterie (Palma, musée de la Société archéologique lulienne) et le Retable de sainte Eulalie (cathédrale de Palma). Ces œuvres révèlent par les types des visages, au nez aquilin et aux yeux bridés, un art fortement marqué par le style de Duccio, tandis que les silhouettes, gracieusement inclinées, et les dessins des marges évoquent les miniatures gothiques françaises. Deux noms ont été proposés pour le Maître des Privilèges, sans aucune certitude : Romeu des Poal, originaire de Manresa, copiste du texte latin du Livre des Privilèges, et Jean Loert, le seul peintre cité dans les textes du deuxième quart du xive s. à Majorque.