En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître de la Petite Passion

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (actif à Cologne dans le premier tiers du xve s. ).

Proche du Maître de la Véronique, il est ainsi désigné d'après les 6 panneaux de la Petite Passion conservés à Cologne (W. R. M.). Ces panneaux se divisent – tant au point de vue du style que de la composition – en 2 groupes : les 3 premiers panneaux représentent chacun 2 scènes et les 3 autres n'en représentent qu'une. Bien que ces 2 groupes soient caractérisés par un style narratif, les figures du premier sont beaucoup plus petites et plus animées que celles du second, d'où se dégage une grande sérénité. Toutefois, la technique et le coloris sont absolument les mêmes dans les deux cas, et il est difficile de dire si les différences constatées résultent de l'emploi de modèles divers ou de l'existence de deux maîtres différents. Stange attribue au même artiste un panneau représentant 35 Scènes de la vie du Christ disposées en 5 rangées de 7 (musées de Berlin). Ces tableautins, au coloris délicat, sont très proches de ceux du second groupe de la Petite Passion. Il convient aussi de rattacher à ces œuvres une grande toile représentant le Martyre de sainte Ursule (Cologne, W. R. M.), un panneau consacré au Martyre des Dix Mille et son pendant, une représentation de la Légende de saint Antoine (id.). Le panneau de sainte Ursule, que l'on considère comme une version allemande autonome des célèbres paysages caractéristiques de l'enluminure française, remonte – ainsi qu'en témoigne la vue de Cologne à l'arrière-plan – à l'année 1411.