En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître de Saint-Lambert ou Maître du Panneau votif de Saint-Lambert

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (actif à Vienne de 1410 à 1440 env.).

Cet artiste, l'un des principaux représentants autrichiens du style gothique international, fut identifié à tort avec Hans von Judenburg, ou plus souvent avec Hans von Tübingen, cité à Wiener-Neustadt à partir de 1433 et mort en 1462. Certains historiens lui laissent cependant la dénomination de " Hans ", car on trouve l'inscription " Johan " sur l'un de ses tableaux. On lui attribue la Trinité (Vienne, Österr. Gal.), les diptyques dits " de Linz " (musée de Wels) et " de Vienne " (Montée au Calvaire ; Crucifixion, Vienne, Österr. Gal.), exécutés tous deux v. 1425, des dessins pour des vitraux (v. 1425-1430, Saint-Lambert), le tableau votif de Saint-Lambert, qui donne son nom au maître, exécuté sans doute pour l'église de Mariazell (la Vierge de miséricorde et la Victoire miraculeuse du roi de Hongrie, v. 1430, en dépôt au musée de Graz), un tableau épitaphe pour Sigmund Waloch (1434, musée de Prague), une Crucifixion (Linz, Landesmuseum), le Mont des Oliviers (musée de Saint-Lambert).

Parmi les œuvres rassemblées autour de ce maître se trouvent des travaux de collaborateurs et des groupes de tableaux attribués par la critique à d'autres maîtres anonymes (Maître de la Crucifixion de Linz, Maître du Retable de Saint André). Il est évident que ces peintures sont l'œuvre d'artistes si étroitement apparentés qu'ils doivent être considérés comme sortant d'un même important atelier et utilisant un commun répertoire de formes, qu'elles soient marquées d'influences autochtones, siennoises ou françaises. La répartition, complexe, de cette série d'œuvres entre diverses mains, qui semblait réalisée en 1938, n'est plus admise aujourd'hui. Une nouvelle distribution pourrait être tentée à partir du groupement de Pächt, qui, en 1929, donne notamment au Maître de Saint-Lambert la Trinité de la N. G. de Londres et la Déploration du Christ des musées de Berlin.