En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître de Figline

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (actif en Toscane et en Ombrie, premier tiers du xive s. ).

Appelé également par certains critiques Maître de la Pietà Fogg, il tire son nom de la grande Pala (Maestà) de la collégiale de Figline, près de Florence. Contemporain de Pacino di Bonaguida et du Maître de Santa Cecilia, il est l'un des premiers disciples de Giotto à Assise, comme le montre la fresque de la Madone en trône avec deux anges, saint François et sainte Claire (Assise, San Francesco), qui serait l'une de ses premières œuvres. Héritier de l'équilibre de composition et de la structure gestuelle de Giotto, il révèle une délicatesse de coloris et de sentiments qui le rapproche du Siennois Simone Martini et de l'art gothique français. Dans une autre fresque de la région d'Assise (Stigmatisation de saint François, Santa Maria in Arcedi Rocca Sant'Angelo), un certain pathétisme relève de la tradition de Cimabue).

Ses œuvres florentines (fresque de l'Assomption et grand Crucifix peint, Santa Croce, v. 1320) montrent le plus haut niveau de qualité, de même que ses dernières productions, les panneaux d'un polyptyque démembré comprenant notamment l'admirable Pietà du Fogg Art Museum de Cambridge (Mass.), deux Saints au musée de Worcester, Dieu le Père (Avignon, Petit Palais) deux Saints d'une coll. privée, Saint Jean-Baptiste (Ferrare, Pin.) et Saint Laurent (Londres, Courtauld Inst.). On a aussi vu la main du maître de Figline dans une partie des vitraux de la basilique inférieure d'Assise, ainsi que dans certains vitraux de Santa Croce à Florence.