En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître d'Ambrass

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre tchèque (actif sans doute à Prague à la fin du xive s. ).

Il est l'auteur d'un cahier d'esquisses employé dans les ateliers de peinture, que l'on situe au début du xve s., d'après le style des figures représentées : bustes du Christ, de la Vierge, de Saint Jean, Saints, Saintes, Crucifixion, Annonciation (Vienne, K. M.). Ces dessins, groupés 4 par 4, sont présentés sur 14 planchettes encadrées ; celles-ci sont dessinées à la mine d'argent, reprises au pinceau, parfois modelées au blanc de céruse et nuancées de carmin. On rattache généralement cet album au retable de Pähl et à l'épitaphe de Jean de Jeřeň (1395, musée de Prague). Beaucoup de critiques prétendent qu'il s'apparente aux peintures sur panneaux des artistes de la génération précédente, notamment au cycle dit " des Capucins " (v. 1410, id.). C'est surtout par son réalisme, dû à un contact probable avec l'école franco-flamande, que l'album se rapproche du Maître et de l'atelier du Martyrologe de Gérone et du Maître du Retable de Rajhrad ; il s'apparente à une Annonciation (Cambridge, Mass., Fogg Art Museum). Trois dessins indépendants ont dû en faire partie — Philosophe et astronome, la Sibylle et Saint Jean l'Évangéliste, attribués aux Junkers de Prague (bibl. de Dessau et d'Erlangen) —, de même que les Trois Mages (v. 1370-1380, bibl. de Brunswick). L'album du Maître d'Ambrass compte parmi les meilleurs recueils de dessins du Moyen Âge, cependant nombreux à la fin du xive s. (cahier d'esquisses de Brunswick, v. 1380-1390).