En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Almir da Silva Mavignier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre d'origine brésilienne (Rio de Janeiro 1925).

Almir Mavignier a été l'élève d'Arpad Szenès au Brésil. Il s'installe en Europe en 1951 et séjourne en France en 1951-1952, où il fait la connaissance d'Ellsworth Kelly et de François Morellet. De 1953 à 1958, il va suivre les cours de la Hochschule für Gestaltung d'Ulm, en particulier l'enseignement de Josef Albers, de Max Bill et du théoricien Max Bense. Dès ce moment-là, ses tableaux sont fondés sur des systèmes (Progression et rotation, 1952-53). En 1954, il réalise ses premiers tableaux avec des points qui sont obtenus au moyen de gouttes de peinture à l'huile posées régulièrement sur la toile. Parallèlement il se consacre à la typographie, métier dans lequel il réalise dans les années 1960 et 1970 une série d'affiches, en particulier pour le musée d'Ulm et plus tard pour la Kunsthalle de Hambourg, qui comptent parmi les grands chefs-d'œuvre de cet art. En 1958, Mavignier participe à la fondation du groupe Zéro à Düsseldorf en compagnie notamment de Günter Uecker, avec qui son art présente de nombreux rapports. L'année suivante, Almir Mavignier expose à la galerie Azimuth de Milan, dont s'occupaient Piero Manzoni et Enrico Castellani. En 1961, il fonde à Zagreb, en compagnie de Matko Mestrovic, le mouvement de la Nouvelle Tendance, qui assurera la diffusion de l'art lumino-cinétique et de l'art systématique dans les années 60, en particulier avec une série d'expositions organisées dans cette ville, ainsi qu'en 1964 à Paris au musée des Arts décoratifs. La technique de Mavignier, fondée sur les points, lui permet de mettre sa couleur sur le support sans avoir à peindre et d'illustrer de façon systématique les problèmes de progression colorée, de permutation des ensembles, de convave et de convexe et les passages du clair au sombre. En 1965, il fut nommé professeur à l'École des Beaux-Arts de Hambourg.