En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Baptiste Mauzaisse

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Corbeil 1784  – Paris 1844).

Il entra en 1803 dans l'atelier de Vincent à l'École des beaux-arts. Il exposa au Salon dès 1808, et c'est en 1812 qu'il y obtint son plus vif succès avec l'Arabe pleurant son coursier (musée d'Angers). Il reçut des commandes pour Versailles, tant pour les appartements de Louis XVIII (Prométhée, Tantale, 1819, musée d'Amiens) que pour le Musée historique (Louis-Philippe sur le champ de bataille de Valmy, 1837). Il décora certains plafonds du Louvre (le Temps montrant les ruines et les chefs-d'œuvre, 1822, salle des Bijoux antiques ; grisailles de la rotonde d'Apollon, 1822) et peignit des tableaux pour les cathédrales de Bourges (Mort de saint Étienne, Louvre) et de Nantes. Il manque au conformisme de ces œuvres la sensibilité qui anime les portraits du Louvre : Mariano Giosi fils (1812) et la Mère de l'artiste (1826).