En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alfred Henry Maurer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (New York 1868  – id.  1932).

Fils de Louis Maurer (1832-1932), peintre de genre qui fut aussi illustrateur pour Currier et Ives, il étudia brièvement avec Edgar Ward à la National Academy of Design et effectua un court passage à l'Académie Julian. Il résida de 1897 à 1914 à Paris, où il fut un témoin attentif des mouvements artistiques du début du siècle. Dès 1904, il abandonna courageusement un style brillant, dérivé de Whistler et qui lui avait apporté estime et même une certaine gloire (An Arrangement, 1901, New York, Whitney Museum, lui valut la médaille d'or du Carnegie Institute ; Evening at the Club, v. 1904, id.), pour adopter des formes plus exigeantes, qui montrent une compréhension de l'Impressionnisme, du Fauvisme (Flowers, 1912, id.) et du Cubisme.

Il fréquentait alors régulièrement Leo et Gertrude Stein, qu'il connaissait depuis 1904. En 1909, Stieglitz organisa sa première exposition américaine, à la Galerie 291, en compagnie de John Marin. Il fut représenté à l'Armory Show. À cause de la guerre, Maurer fut obligé de rentrer aux États-Unis, où il ne connut aucun succès, malgré ses expositions successives à la Société des artistes indépendants. Dans les années 20, son style évolua vers une sorte d'expressionnisme, qui apparaît notamment dans la série des " Sad Girls " (Young Girl, 1922, Addison Gal. of American Art), commencée en 1919, et celle des " Sisters ", commencée en 1925. En raison de sa situation financière précaire, Maurer fut obligé de cohabiter avec son père, qui, vers la fin de sa longue vie (1832-1932), devint lui-même un artiste en renom. La tension qui existait entre lui et son père a souvent été proposée comme explication de ces étranges toiles où l'artiste a représenté deux visages affrontés (Two Heads, v. 1930, New York, Whitney Museum). Maurer mit fin à ses jours quelques semaines après la mort de son père.

Il n'exerça pas d'influence proprement dite, mais sa présence, durant le premier tiers du siècle, sur la scène américaine a valeur de témoignage. Familier des tendances européennes, Maurer sut se dégager de celles-ci non seulement dans des toiles originales, mais aussi dans des collages tels que Still Life with Doily (1930, Washington, Phillips Coll.), qui proposaient d'autres solutions que celles qui étaient apportées par les cubistes en Europe.