En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Juan Mates

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Villafranca del Panadés ? – Barcelone 1431).

Son activité est documentée à Barcelone de 1391 à 1431. L'identification, grâce à un document, peint entre 1411 et 1414 pour la cathédrale de Barcelone, (Retable de saint Martin et de saint Ambroise) a permis de lui attribuer par analogie un groupe de peintures dont certaines avaient été un moment rassemblées sous le nom du " Maître de Penafel " (Retables de saint Michel et de sainte Lucie, Barcelone, coll. Blavaria). Encore insuffisamment apprécié, Mates apparaît comme la personnalité la plus séduisante de l'école catalane, au temps de la domination de Borrassá. Parmi ses œuvres, on peut citer le Retable de saint Jacques de Vallespinosa (cathédrale de Tarragone), la Mise au tombeau (Barcelone, M. A. C.), le Retable de saint Sébastien (1417, Barcelone) et un Retable des deux saints Jean (partie centrale à Madrid, fond. Thyssen ; panneaux latéraux au musée de Castres et à la coll. Carreras Candi de Barcelone).

Le goût de l'arabesque, de l'élégance décorative et une sensibilité parfois non dépourvue d'humour apparentent Mates à certains Valenciens et au Maître du Roussillon. Un retable de la main du peintre au musée de Cagliari (Sardaigne) prouve que sa réputation dépassa les frontières de la Catalogne.