En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alberto Martini

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur italien (Oderzo 1876  – Milan 1954).

Il illustre d'abord des éditions d'auteurs anciens (Dante, Pulci, Tassoni) et il exécute, en 1905, 50 dessins pour les Histoires extraordinaires de Poe, qui lui assurent immédiatement une notoriété internationale. Toute son œuvre sera marquée par le style de ses premières productions, où se mêlent, dans un monde imaginaire et fantastique, sensualité aiguë et ironie intellectuelle. Ces caractéristiques font de Martini un cas isolé annonçant le Surréalisme en Italie. L'artiste poursuit son activité d'illustrateur jusqu'à la fin de 1912 (illustrations pour les œuvres de Shakespeare, de Verlaine, de Rimbaud) et entreprend alors une vaste production de pastels colorés, de lithographies et de peintures. Son inspiration, de source onirique, où symboles et allégories s'unissent en des fantaisies macabres et apocalyptiques, est soutenue par une technique raffinée. Ainsi se pose le problème des rapports possibles entre le mouvement surréaliste et Martini. Celui-ci exposa à Paris en 1925 et eut, en 1928, des contacts avec le groupe surréaliste, mais demeura indépendant.

Son activité picturale se divise en deux périodes : la " période claire " (exposition à Milan, 1927) est caractérisée par un lyrisme et un raffinement presque abstraits ; pendant la seconde période, " manière noire ", ces traits font place à une vision sombre et apocalyptique (Conversation avec mes fantômes, L'esprit travaille).

De retour en Italie en 1934, Martini exécute des peintures géométriques (la Toilette de la mariée, les Trois Fumeurs) et réalistes, puis revient en 1949 à une expérience surréalisante. Il travailla également pour le théâtre et créa des décors pour son " Tetiteatro " (1923, projet de théâtre sur l'eau), devançant les recherches de Depero et de Balla.