En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Otto Marseus Van Schrieck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Nimègue 1619/20  – Amsterdam  1678).

Son œuvre constitue un vaste musée d'histoire naturelle et lui valut le surnom de " Snuffelaer ", c'est-à-dire de " Furet ". L'artiste détaille, avec une exactitude et un soin qui relèvent de l'artisanat, Plantes et insectes (1668, Mauritshuis), Serpents et papillons (Louvre), Serpent attaquant une grenouille (Toulouse, musée des Augustins), Fleurs et serpents (Anvers, musée Mayer Van den Bergh ; Ermitage) ; cette exactitude et ce soin constituent aussi l'originalité, la singularité et finalement la somptuosité de son art. Ce mélange d'animaux et de plantes qui ne coexistent pas dans la réalité, associé à des sous-bois presque romantiques, conférerait à ses toiles une atmosphère morbide si l'exactitude rigoureuse du rendu ne nous amenait à un surréalisme avant la lettre. Marseus voyagea en Angleterre, se rendit en 1648 à Florence, où il fut élève de W. Van Aelst, à Paris et à Rome (1662). Rentré en Hollande, il vécut à la campagne à Watteryck, près d'Amsterdam, où il élevait des insectes et de petits animaux (ce qui lui avait valu son surnom). Une œuvre qu'il réalisa, conservée à Autun, Papillons, lézard, oiseaux et libellule autour d'un chardon, nous révèle un peu le sens caché de son œuvre : la libellule, par le caractère transitoire de son existence, est un symbole de la vie terrestre et constitue un espoir d'accéder un jour à une vie meilleure, par la résurrection ; c'est dans ce sens que les contemporains appréciaient ses tableaux, en plus de leurs qualités picturales.