En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Albert Marquet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Bordeaux 1875  – Paris 1947).

Il a quinze ans lors de l'installation de sa famille à Paris, où sa mère tiendra, rue Monge, un modeste commerce. Il se lia avec Matisse à l'École des arts décoratifs en 1890 et le suivit à l'École des beaux-arts, où tous deux devinrent élèves de Gustave Moreau. Sur le conseil de celui-ci, Marquet exécuta au Louvre des copies d'après Poussin, Lorrain, Watteau. Matisse et lui allèrent écouter, à l'académie Ranson, Paul Sérusier parler d'Émile Bernard et de Gauguin. Marquet préféra Corot à ces derniers. Quant aux impressionnistes, à Cézanne, à Van Gogh, à Seurat, c'est chez Durand-Ruel, rue Laffitte, que lui et son ami eurent la révélation, ce qui les conduisit à peindre, en 1897, à Arcueil et dans le jardin du Luxembourg, des paysages transposés en couleurs pures et que l'on considère avec raison comme annonciateurs du Fauvisme. Marquet demeura fidèle à ce parti jusqu'en 1906, mais avec une modération d'ores et déjà significative de son propre tempérament (la Plage de Fécamp, 1906, Paris, M. N. A. M.). Admis au Salon de la Société nationale des beaux-arts en 1900, il expose au Salon des indépendants à partir de 1901, au Salon d'automne en 1903 et participe en 1905 au coup d'éclat de la salle des fauves. Son portrait par Matisse (Oslo, Ng) date de cette époque. Marquet, de son côté, a peint en 1904, avec une certaine brusquerie, celui d'André Rouveyre (Paris, M. N. A. M.) et en 1904-1905 Matisse peignant dans l'atelier de Manguin (Paris, M. N. A. M.). De 1906 date l'éclatant Quatorze-Juillet au Havre (musée de Bagnols-sur-Cèze), chef-d'œuvre fauve de l'artiste. En 1907, la gal. Druet présente la première exposition particulière des œuvres de Marquet. La même année, celui-ci exécute le Sergent de la coloniale (musée de Bordeaux), d'un coloris encore contrasté, mais aussi avec plus de souplesse dans le graphisme et de délicatesse dans le nuancement des couleurs, ainsi que des paysages de Paris en perspective plongeante ; c'est le spectacle qu'il voit se dérouler quotidiennement sous les fenêtres de ses ateliers successifs : quai des Grands-Augustins, quai des Orfèvres, quai Saint-Michel, qu'il a représentés sous divers éclairages diurnes et nocturnes, au fil des saisons. Rien moins que chercheur et réalisateur de nouvelles expressions plastiques, son originalité sera de se montrer moins imaginatif que subtil observateur, capable d'associer, dans ses calmes tableaux, la vérité des formes à celle de l'atmosphère miroitante où elles se poétisent. Il cédera de moins en moins à la tentation de hausser le ton en ajoutant trop de soi-même aux simples perfections de la réalité tangible. Son Fauvisme n'aura duré qu'un temps très court. S'il en a fait la traversée, c'est sans jamais perdre de vue ni Corot ni Monet.

Entre 1910 et 1914, il a peint, sans complaisance, avec autant de lucidité que d'ironie, quelques nus ou déshabillés féminins (les Amies, 1912, musée de Besançon ; la Femme blonde, 1912, Paris, M. N. A. M.). On lui doit aussi des portraits (Marcelle Marty, Madame Marquet, musée de Bordeaux). Il est l'auteur de nombreux dessins, paysages au trait, résumés dans une intense palpitation de la lumière. À travers les villes, dans les rues, il a pris sur le vif des croquis d'après les gens du peuple et s'en est servi pour agrémenter de menus personnages et de scènes discrètement pittoresques ses vues de Paris et d'ailleurs, ce qui l'a fait surnommer, par Matisse, " notre Hokusai ".

Marquet, représenté dans la plupart des musées du monde et principalement au M. N. A. M. et au musée de Bordeaux, est surtout célèbre comme paysagiste : " De Paris à Hambourg, a écrit son ami George Besson, de Naples à Oslo, de Marseille au Pirée, de Venise à Alger, dans cent villes d'Europe et d'Afrique où se dressent des grues et des docks, fument des remorqueurs, s'allongent des quais et des rives, oscillent des mâts et naissent des reflets, partout où la splendeur de l'eau répond à la mobilité des ciels, Marquet, créateur tyrannique, impose le pathétique ou le charme de sa vision au point de la substituer à la nôtre. " Dédaignant les effets de pâte et de patte, il a utilisé les couleurs telles qu'elles sortent du tube, en les additionnant parfois d'un peu d'essence ou d'huile. Albert Marquet a porté à un très haut degré le sentiment et la science des valeurs. Depuis 1925, il pratiquait l'aquarelle avec une égale maîtrise.