En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francesco Marmitta

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et miniaturiste italien (Parme 1457  – id. 1505).

Les miniatures du manuscrit de Pétrarque de la bibliothèque de Kassel constituent son unique œuvre certaine, mais on peut lui attribuer, par rapprochement stylistique, celles du Missel du cardinal della Rovere (Turin, Museo Civico) et celles du Livre d'heures de la famille Durazzo (Gênes, Bibl. Civica). On lui a attribué la Flagellation de la N. G. d'Édimbourg, la Pala de Saint-Quentin (la Vierge et l'Enfant entre saint Benoît et saint Quentin, provenant de l'église Saint-Quentin de Parme, auj. au Louvre) et quelques dessins du British Museum. Artiste délicat, Marmitta subit l'ascendant d'Ercole de' Roberti, dont il apparaît comme le fidèle disciple.