En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Simon Marmion

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et enlumineur flamand (Amiens v.  1425 – Valenciennes 1489).

Le poète Jean Lemaire de Belges, dans sa Couronne margaritique, l'appelle " prince d'enluminure ". Son œuvre a pu être reconstitué à partir d'hypothèses qui n'ont pu trouvé, jusqu'à ce jour, ni confirmation ni infirmation décisive. Elle comprend un groupe d'enluminures, dont les plus connues illustrent le Pontifical de l'église de Sens (Bruxelles, Bibl. royale) et les Grandes Chroniques de Saint-Denis (Ermitage), et qui appartiennent à des volumes dont l'écriture est due à un atelier qui a notamment copié les ouvrages de Jean Mansel. Si les scènes des enluminures sont encore simplement juxtaposées suivant la tradition, ces dernières sont remarquables par le raffinement de leur style, aussi sensible dans l'élégance des personnages que dans la délicatesse des harmonies colorées, et elles comportent souvent d'importants paysages. On a pu également attribuer à Marmion les volets peints provenant de l'autel commandé par Guillaume Fillastre pour l'abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer et achevé en 1459, deux panneaux en longueur avec des Scènes de la vie de saint Bertin (musées de Berlin), dont les extrémités étaient surmontées de deux panneaux avec des Anges (Londres, N. G.). Quelques autres panneaux ont été également rapprochés de ceux-ci, mais sur des données qui restent plus hypothétiques (Miracle de la Vraie Croix, Louvre ; le Christ et la Vierge, musée de Strasbourg ; Pietà, Metropolitan Museum, coll. Lehman ; Crucifixion, Philadelphie, Museum of Art, coll. Johnson ; Saint Jérôme et un donateur, id.).