En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Mangold

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (North Tonawanda 1937).

Mangold effectua ses études artistiques au Cleveland Art Institute et à Yale University (1961-1963), où il côtoya R. Serra, B. Marden et N. Graves. Il subit alors l'influence de l'Expressionnisme abstrait avant d'adopter un style plus réducteur. Ainsi, en 1964-65, dans une série intitulée Walls, il utilise le relief. Les Walls, peintures à l'huile vaporisée sur bois, sont de véritables environnements. En 1966, dans la série Areas, Mangold tend vers plus de simplification : ses œuvres ne sont plus des constructions mais des monochromes de grands formats, peints en général sur deux panneaux d'aggloméré comme dans Manila Area (1966, Eindhoven, Stedelijk Van Abbe Museum). Avec ces œuvres, la critique vit dans son art des affinités avec le Minimal Art. Mangold n'en demeure pas moins indépendant dans la mesure où, en réaction contre ce mouvement qui privilégie l'objet tridimensionnel, il élargit les possibilités d'une peinture positivement réductrice : frontalité, immédiateté, unicité. À partir de 1969, l'artiste s'attacha à définir l'image d'un cercle ou d'un segment de cercle tracé à l'intérieur d'un format découpé ou vice versa (Distorved Circle with a Polygon [Yellow-Ochre], 1972, New York, coll. Cramer ; Four Squares within a Square n° 3, 1974, Buffalo, Albright-Knox Art Gal.). Graduellement, les peintures devinrent plus complexes et variées, combinant diverses formes de châssis (polygone, rectangle, carré, forme en croix, triangle) : X Series Central Diagonal n° 2, 1968 (New York, Guggenheim Museum) ; A Triangle within Two Rectangles (Violet), 1977 ; Three Red X within X, 1981 (New York, Whitney Museum). Ni théorique ni systématique, son art, véritable combinaison de raison et d'intuition, fait s'équilibrer d'elles-mêmes les formes, les couleurs et les lignes (Grey Ellipse Yellow Frame, 1987, F. R. A. C. de Bretagne). Mangold a rapidement bénéficié d'expositions personnelles d'abord de 1964 à 1973, dans les galeries Thibaut et Fischbach à New York, puis à Stuttgart, à Paris, à Milan, à Londres, à Zurich aussi bien qu'à Washington et à San Francisco. En 1971, une importante exposition a eu lieu au Guggenheim Museum et, en 1982, une exposition rétrospective de ses œuvres s'est tenue au Stedelijk Museum d'Amsterdam. Lors d'une exposition itinérante, un bel ensemble d'œuvres ont été présentées à Paris (Renn Espace d'art) en 1994. Ses tableaux sont conservés dans de nombreuses collections privées et publiques des États-Unis et d'Europe, en particulier dans la collection Crex de Schaffhouse (Hallen für neue Kunst) et au musée de Grenoble.