En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Baptiste Mallet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Grasse 1759  – Paris 1835).

Il fut l'élève à Toulon de Julien, puis à Paris de Prud'hon. Son œuvre comprend des gouaches et des aquarelles de petit format qui constituent une chronique mondaine du Directoire et de l'Empire : scènes d'intérieur inspirées par Greuze, scènes de boudoir plus légères. En peinture, la touche de Mallet, contemporain de Boilly, est d'une grande finesse, très lumineuse, et confère de l'élégance à cette peinture de genre mineur, mais dont l'intérêt iconographique est remarquable. Parfois, et c'est là qu'il révèle ses plus subtiles qualités, Mallet se rallie au goût troubadour (Geneviève de Brabant, musée de Cherbourg ; la Salle de bains gothique, musée de Caen). Le coloris plaisant, le ton galant (l'Heure du rendez-vous, musée de Tours), ont souvent fait confondre ses œuvres avec celles de Van Gorp, qui furent très imitées (Paris, musée Cognacq-Jay). Mallet est également représenté dans les musées de Clamecy, Dijon (Magnin), Grenoble (Raphaël dans son atelier), La Fère, Marseille (la Nature et l'Honneur, 1819), Pau (château : Éducation d'Henri IV), Toulon (l'Amour et l'Hyménée), Valenciennes, et au Louvre (la Toilette de saint Jean-Baptiste enfant, 1820).