En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Frank Malina

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste américain (Brenham, Texas, 1912-Boulogne-Billancourt 1981).

Né dans une famille de musiciens d'origine tchèque, il a cherché à concilier dans son œuvre sa double vocation de scientifique et d'artiste. De 1934 à 1940, il termine des études d'ingénieur au Texas et en Californie ; il est à l'origine du lancement de la première fusée américaine de haute altitude, le WAC Corporal Missile, en 1945. De 1947 à 1953, il est responsable de recherches sur la fertilisation des zones désertiques pour le compte de l'Unesco. À cette époque, il apprend la peinture auprès d'un artiste anglais, Reginald Weston. À partir de 1953, son activité artistique supplante toutes les autres. Après une série de pastels à la symbolique scientifique, il peint des reliefs sur des trames de ficelles et des grillages métalliques, donnant des effets de moire et de mouvement virtuel. En 1955 (année où il expose pour la deuxième fois au Salon des Réalités nouvelles à Paris), il place dans ses œuvres des ampoules électriques commandées de façon plus ou moins aléatoire par des interrupteurs thermiques. C'est la préfiguration de ses Lumidynes, tableaux lumino-cinétiques composés de trois parties : un fond de disques en Plexiglas peint tournant devant des ampoules (le " rotor "), un écran très fin de Plexiglas lui aussi et peint par endroits (le " stator "), les deux combinant et renvoyant leur lumière colorée sur un écran translucide qui la diffuse et que le spectateur contemple. Dans les Reflectodynes, le " stator " est remplacé par des éléments en aluminium chargés de réfléchir la lumière. Malina joue également de verres Polaroid, avec lesquels les couleurs se modifient lentement, et utilise le son à partir de 1967. Ses œuvres, souvent, ne sont pas exemptes de connotations cosmiques (série des Constellations et des Galaxies) et scientifiques (série des Brainwaves). Elles sont conservées notamment en France (Paris, M. N. A. M. et M. A. M. de la Ville), en Allemagne (Krefeld) et aux États-Unis (New York, Whitney Museum).