En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacek Malczewski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre polonais (Radom  1854  – Cracovie  1929).

Il fit ses études à l'École des beaux-arts de Cracovie (1872-1875) et à celle de Paris auprès de Lehmann (1876-77). Il enseigna à l'École des beaux-arts (1896-1900) et à l'Académie de Cracovie de 1912 à 1921. Membre fondateur du groupe Sztuka, il appartint en 1908 au groupe Zéro. Les tableaux réalistes de ses débuts, exécutés dans une gamme plutôt sombre, sont consacrés, pour la plupart, aux épreuves qu'a connu la Pologne après l'insurrection de 1863 (Dimanche dans la mine, 1882, Varsovie, M. N.).

En 1890, tout en conservant la même inspiration de nostalgie patriotique, la peinture de l'artiste évolue vers le Symbolisme : les personnages, réels, dans des paysages également réels, sont accompagnés de chimères, de faunes, d'ondines, d'anges au bénéfice d'un effet mi-allégorique, mi-fantastique (Introduction, 1890 ; Mélancolie, 1890-1894, Poznań, M. N. ; Paysage avec le jeune Tobie, 1904).

Sa palette aux couleurs très vives le distingue par ses dissonances, les perspectives inhabituelles ou brouillées constituent un élément de dramatisation (Mort d'Ellenay, 1907, Poznań, M. N.) ; par leur cadrage rapproché, les compositions concises et monumentales se teintent d'une austère beauté (la Mort, 1902, Varsovie, M. N. ; Triptyque, 1908, Poznań, M. N. ; Autoportrait en armure, Varsovie, id.).