En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alberto Magnelli

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Florence 1888 Meudon 1971).

Après un premier contact avec les milieux futuristes de la revue Lacerba à Florence, Magnelli se rend à Paris, où il fait la connaissance d'Apollinaire, de Léger et de Picasso. De 1914 date une série d'œuvres figuratives aux formes simplifiées cernées d'un trait noir et peintes en aplats de couleurs franches qui débouchent sur l'Abstraction (le Café, 1914, musée de Grenoble). En 1917-18, ses peintures intitulées " Explosions lyriques ", dans lesquelles le motif reste difficile parfois à déchiffrer, font écho au Futurisme. Suit alors une période marquée par le retour au sujet (personnages, paysages et vues de port) dans la lignée des " Valori Plastici " et en particulier de Carlo Carra. Établi en France en 1931, il se fixe à Paris et renoue avec l'Abstraction dans la série des " Pierres ", qu'il entreprend à la suite de sa visite aux carrières de marbre de Carrare et où se trouve toujours le souvenir de la " peinture métaphysique ". Sa première exposition a lieu à la gal. Pierre, à Paris, en 1934. Magnelli trouve son style à partir de 1936, qui le rattache au courant de l'Abstraction géométrique (compositions jouant de rythmes amples ou nerveux, grands aplats de couleur, écriture précise et contrastes de formes, dans une richesse d'invention jamais démentie et qui s'exprimera aussi dans une admirable suite de collages à partir de la même date). Magnelli est à Grasse pendant la guerre et rencontre Arp, Sophie Taeuber-Arp et Sonia Delaunay. À la Libération, il est considéré comme l'un des grands maîtres de la peinture abstraite en France et en Europe aux côtés de Herbin et de Domela. Sa renommée se manifestera notamment à travers l'organisation de grandes rétrospectives à Bruxelles et à Eindhoven en 1954, à Zurich en 1963, à Essen en 1964, enfin en 1968 au M. N. A. M. de Paris, qui possède un nombre important de ses œuvres. Après sa mort, plusieurs expositions ont porté sur des moments ou des aspects précis de son œuvre : les années 1909-1918 au M. A. M. de la Ville de Paris en 1978, l'œuvre gravé à la Bibliothèque nationale en 1980, les " Pierres " de 1931-1935 à la galerie Sapone, à Nice en 1981, les dessins florentins de 1914-1918 au musée des Beaux-Arts de Rennes en 1981, les ardoises et les collages au M. N. A. M. de Paris et au musée de Grenoble en 1986, les années 20 (représentation de paysans et de pêcheurs) à la galerie Maeght-Lelong en 1986. Une rétrospective a été présentée en 1988 au palais des Papes d'Avignon pour célébrer le centenaire de sa naissance. Magnelli est représenté dans la plupart des grands musées européens et américains ainsi qu'au musée de Vallauris.