En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alessandro Magnasco

dit il Lissandrino

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Gênes 1667  – id.  1749).

Il apprit de son père, Stefano Magnasco, élève un peu terne de Valerio Castello, les rudiments de la peinture. À la mort de ce dernier, il fut confié à un marchand génois qui, v. 1682, l'emmena à Milan, où il fut élève de Filippo Abbiati, qui lui transmit les procédés techniques de la peinture vénitienne, fondamentaux pour la formation de son style, et lui enseigna l'art du portrait, qu'il pratiqua avec succès, mais dont il ne reste aucun témoignage. Il abandonna très vite ce genre pour peindre des scènes animées de petites figures nerveusement traitées, qui firent sa renommée. Sa première œuvre connue est un Paysage de ruines (1697, Milan, coll. part.). Magnasco interrompit son séjour à Milan de 1703 à 1711 pour voyager, notamment à Florence, où il fit un séjour prolongé au service du grand-duc de Toscane, Gian-Gaston, qui lui commanda des Paysages anecdotiques (Florence, Pitti). En 1711, il est de retour à Milan, où il exécute une décoration pour l'entrée de l'empereur Charles VI avec une rapidité et un brio que signale Ratti, un biographe contemporain. Il y restera jusqu'en 1735, travaillant pour les grands seigneurs de cette ville, les Aresi, les Carnedi et le comte Colloredo, gouverneur de Milan, pour lequel il peignit, entre 1720 et 1725, 9 tableaux (la Leçon de catéchisme à l'intérieur du Dôme ; Moines dans un réfectoire ; la Synagogue, à l'abbaye de Seitenstetten, en Autriche). Mais c'est à la fin de sa vie, après son retour à Gênes en 1735, jusqu'à sa mort, qu'il créa ses œuvres les plus attachantes, tel le Divertissement dans un jardin d'Albaro (Gênes, Gal. di Palazzo Bianco), qui rappelle curieusement Watteau. Exceptionnellement, il peint alors de grandes figures dans des tableaux religieux : le Repas d'Emmaüs (Gênes, S. Francesco in Albaro). Mais il n'eut pas, à Gênes, le même succès qu'à Milan : on jugea son art " ridicule ", et Magnasco fut employé par le paysagiste C. A. Tavella, qui lui fit exécuter bergers et ermites dans nombre de ses compositions.

L'artiste n'eut pas d'élèves, mais quelques imitateurs, tels que " Ciccio Napoletano " ou ce " Coppa Milanese " cité par Ratti. Il s'adjoignit, d'autre part, des collaborateurs pour les parties architecturales et pour les paysages (Tavella et peut-être Marco Ricci, neveu de Sebastiano).

S'il traita tous les sujets, ce fut toujours pour créer, avec la même fantaisie, la même humeur étrange, un monde fantomatique peuplé de moines, de vagabonds... en proie à une agitation fiévreuse, irrationnelle, comme mus par une force supérieure.

Magnasco se situe dans la lignée de Callot et de Salvator Rosa, chez qui la réalité se mue en fantastique. C'est à la peinture génoise de Valerio Castello (qu'il rappelle dans son Saint Ambroise et Théodore de l'Art Inst. de Chicago) et de Castiglione qu'il a emprunté sa touche si particulière, ses accents lumineux, et à la peinture lombarde de Cerano et de Morazzone son inquiétude encore maniériste. Il acquit un style libre et personnel grâce surtout à la peinture vénitienne, qu'il connut par son maître, F. Abbiati, et par son ami Sebastiano Ricci, lors du séjour de ce dernier à Milan.

Magnasco suivit une évolution continue, bannissant et éliminant peu à peu la couleur, baignant de plus en plus ses scènes dans le clair-obscur à la manière d'un Titien ou d'un Tintoret. Toute une partie de son œuvre est consacrée aux scènes de moines (le Réfectoire, musée de Bassano), de brigands (musée de Bordeaux), de bohémiens, ce qui l'a fait surnommer par Lanzi le " Michel-Ange des batailles de l'école génoise " (Banquet de noces des bohémiens, Louvre, et son pendant, Cortège nuptial des bohémiens, Berlin). Ces scènes prennent très souvent place dans des paysages marins ou forestiers (Paysage aux lavandières, Naples, Capodimonte), dans lesquels il exalte la beauté sylvestre en une vision qui annonce le xixe s.

Magnasco libère enfin le paysage italien de la convention où le tenaient les Romanistes. La nature déchaînée qu'il peint a parfois l'aspect de la mer, qu'il a aimée plus qu'aucun autre Italien, donnant à la marine, naguère décorative (" tempesta "), ses lettres de noblesse. Magnasco introduit la vie dans la peinture de ruines, montrant la voie à Pannini. Souvent, il invente des thèmes décrivant les mœurs du temps (Concerts dans l'atelier du peintre ; Leçons de musique) ; il annonce tantôt la verve de Hogarth, tantôt l'horreur de Goya, comme dans ses scènes de maisons de fous ou ses évocations macabres (les Voleurs chassés par les squelettes, Campo-Morto, église S. Maria Assunta). Mais ce sont surtout les thèmes religieux qui l'attirent et qui font penser au Bolonais Crespi (Saint Charles Borromée recevant les oblates, Milan, musée Poldi-Pezzoli ; Extase de saint François, Gênes, Gal. di Palazzo Bianco ; Adoration des mages, musée de Dunkerque). Les dessins présentent la même fougue, le même " expressionnisme " sombre.

En fait, Magnasco échappe à toute classification : tantôt religieux, tantôt blasphématoire, simple décorateur ou grand sensitif, il est surtout un anticlassique, un isolé ; son grand prédécesseur est Tintoret, et il ne trouvera de successeurs qu'à Venise avec Antonio et Francesco Guardi et Giandomenico Tiepolo, qui tous imitèrent sa touche. Peintre renommé de son vivant, mais oublié dès le xviiie s., il n'a été remis en lumière qu'à l'aube du xxe s. Une importante rétrospective a été consacrée à Magnasco (Milan, Palazzo Reale) en 1996.