En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Mac Laughlin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Sharon 1898  – Dana Point 1976).

Autodidacte, il commence à peindre en 1938 et, après 1946, se consacre entièrement à son œuvre. Ses principales sources d'inspiration sont le bouddhisme zen, qu'il découvre lors de son séjour au Japon, le Néoplasticisme de Mondrian et l'œuvre de Malevitch. Son abstraction, née vers 1946, est le résultat de sa quête d'une simplicité de formes qui unirait l'homme et la nature. Dans ce but, il réduit, à partir de 1948, sa palette aux couleurs primaires et ses formes aux rectangles (exception faite des peintures de 1948 à 1952, dans lesquelles le recours au cercle reste présent) : Untitled (1951, New York, M. O. M. A.). Ces formes, nettement découpées et dans lesquelles aucune trace de pinceau n'est visible, lui valurent d'être qualifié de peintre Hard Edge par le critique Laugsner en 1959. Son esthétique culmine au début des années 70 dans des œuvres reposant seulement sur les contrastes du noir et du blanc (Number 14, 1973). Son œuvre est bien représenté dans les musées américains, et des rétrospectives lui ont été consacrées, notamment en 1974 au Whitney Museum of American Art et, en 1982, au musée d'Ulm.