En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Mac Cracken

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur américain (Berkeley 1934).

Appartenant avec Larry Bell et Billy Al Bengston à un groupe californien qualifié de " Finish Fetishists ", Mac Cracken a cherché à réaliser un art impersonnel et minimal à partir de techniques industrielles. Son travail est simple : de grandes plaques de bois appuyées contre le mur recouvertes de résines et de nombreuses couches de peintures laquées brillantes ; une série intitulée There's no Reason, not to, de 1967, a été remarquée dans l'exposition " The Art of The Real " de 1968 à New York, en raison de son ambiguïté entre peinture et sculpture.

Tout en poursuivant la réalisation de ces objets tridimensionnels (Untitled Plank [blue], 1985, Stockholm, Gal. Nordenhake), il exécute en s'inspirant de l'art du Tibet des mandalas dans lesquels les cercles de couleurs lumineuses créent de subtiles mais intenses vibrations visuelles. Son œuvre est bien représenté dans les plus importants musées américains.