En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vicente López

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Valence 1772  – Madrid 1850).

Loin d'avoir le génie de Goya, López fut cependant la figure la plus marquante de la peinture de cour dans la première moitié du xixe s. espagnol. D'une famille de peintres, il fut l'élève d'Antonio de Villanueva à l'Académie San Carlos de Valence et révéla, avec le Roi Ezequias montrant ses richesses (1789, musée de Valence), son goût pour le Néo-Classicisme ; cette œuvre lui permit d'étudier, avec une bourse, à l'Académie San Fernando de Madrid, où il obtint le premier prix en 1790 (les Rois Catholiques recevant une ambassade du roi de Fez, Madrid, S. Fernando). Après le retour du peintre à Valence, en 1792, son style — où se mêlent l'influence néo-classique de Mengs, de Bayeu, le goût des couleurs vives et une grande précision et sûreté dans le dessin — lui vaut d'importantes commandes : tableaux religieux, décors, portraits (Don Jorge Palacios de Urdaiz, v. 1789, Valence, Musée provincial ; Saint Vincent martyr, cathédrale de Valence). Promu directeur de la section peinture à l'Académie de San Carlos en 1801, il conquiert la faveur royale en 1802 lors d'une visite des souverains, qui apprécient sa Visite de Charles IV et de sa famille à l'université de Valence (Prado). Nommé peintre de Chambre, il exécute de nombreuses copies des peintres valenciens du xvie s. pour le roi et demeure à Valence pendant la guerre d'Indépendance. À côté d'un Ferdinand VII avec l'habit de l'ordre de Charles III (mairie de Valence), on remarque plusieurs portraits du maréchal Suchet (1813).

Appelé à la cour par Ferdinand VII en 1814, il remplace en 1815 Maella, démissionné pour collaboration, comme premier peintre. Remplissant de nombreuses charges administratives, il s'occupe de l'école royale de peinture, nouvellement créée et, surtout, de la récupération des œuvres d'art dispersées par les guerres napoléoniennes et de la création du musée du Prado, dont il fut le premier directeur (1823-1826). Il est nommé directeur de peinture de l'Acad. San Fernando en 1819. À côté de quelques décors (Allégorie de la Donation du Casino à la reine Isabel de Bragance, 1818, Prado), notamment de quatre plafonds pour le Palais royal (Institution de l'ordre de Charles III, v. 1828), il est surtout le portraitiste officiel de la cour, des grandes familles, notamment les San Carlos (duc de San Carlo, 1841) et des hauts dignitaires, ecclésiastiques particulièrement. Habile et respectueux de leur statut, il souligne les moindres détails et traite avec précision, presque emphase, les tissus, les costumes chamarrés (Ferdinand VII, Banco de Espana, Madrid ; Hispanic Society, New York ; Ferdinand VII avec l'habit de l'ordre de la Toison, 1832, Rome, ambassade espagnole près le Saint-Siège ; Duque del Infantado, coll. part. Madrid). Éloignés du faste officiel, certains portraits traduisent un grand souci d'authenticité, une pénétration psychologique remarquable (l'Organiste Maximo López, 1820, Casón ; Portrait de Goya, fait lors d'un séjour de Goya à Madrid, 1826, Acad. San Fernando, Madrid). Même s'il est resté toujours attaché aux principes néo-classiques, alors que se diffusait le romantisme, ses derniers portraits révèlent l'influence d'Ingres, notamment après un séjour à Paris en 1844 (Dona Francisca de la Gandara, 1846, Madrid, Casón ; Condesa Viuda de Calderón, coll. part.). Son œuvre religieuse, influencée au départ par Maella, montre ensuite un classicisme adouci, où l'élégance ne tue pas le sentiment (Saint Augustin, 1810 ; Vierge des Désemparés, 1838). Ses deux fils Bernardo et Luis, également portraitistes, prolongèrent sa manière.