En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stanislas Lépine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Caen 1836 Paris 1892).

Arrivé de Normandie en 1855, il fréquente à Paris l'atelier de Corot entre 1860 et 1875 et copie certains de ses tableaux. Très attaché à sa ville natale et à ses environs, il eut une vie modeste et travailla dans l'isolement, ne parvenant qu'à grand-peine à vendre ses tableaux. Il fut pourtant soutenu par Fantin-Latour et par des collectionneurs comme le comte Armand Doria et Ricada. Les paysages de Lépine sont le plus souvent des vues des bords de Seine et des vues de Paris ; la figure humaine en est totalement exclue. Le peintre aime à jouer de tons gris délicats, qui lui suffisent pour noter avec exactitude la qualité de la lumière ; sa palette est ainsi plus claire que celle des peintres de Barbizon, et l'on considère souvent Lépine, avec Cals et Boudin, comme de ceux qui préparèrent la voie aux paysagistes impressionnistes. L'artiste est représenté à Paris, musée d'Orsay (le Port de Caen, le Marché aux pommes, Portrait du fils de l'artiste) et au Petit Palais (le Pont des Arts) ; l'Hôtel de Ville conserve d'autre part (salle des Sciences) le panneau décoratif (la Seine près du Pont-Neuf) qui lui avait été commandé en 1888 et qu'il termina en 1892, peu avant sa mort. Les musées de Reims, Rouen, Saint-Étienne, Angoulême, Caen (Rue à Montmartre, la Seine), Chicago (Art Inst.), Édimbourg, Londres (Tate Gal.) possèdent aussi des œuvres de l'artiste.