En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joseph Légaré

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre canadien (Québec 1795  – id.  1855).

La carrière et l'œuvre de ce peintre autodidacte étaient mal connues jusqu'à un récent passé. On sait maintenant qu'il excella dans tous les genres et réussit même à fonder le premier musée d'art au Canada. D'abord apprenti chez un obscur artisan, il s'initie rapidement à la peinture en restaurant et en copiant des toiles que l'abbé Jean-Louis Desjardins (1753-1833) avait acquises en France et expédiées à Québec en 1817. La copie (v. 1821) qu'il exécute du Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur de Simon Vouet montre la plénitude de son métier. En 1828, il remporte un prix pour une composition personnelle, le Massacre des Hurons par les Iroquois (musée du Québec). Entre 1830 et 1840, il est préoccupé par l'ouverture de sa galerie de peinture (1838) ; une partie fut achetée à sa mort par l'université Laval de Québec et par la diffusion des arts dans sa ville natale. Après 1840, il se remet à la peinture. Le portrait de l'Indienne Josephine Ourné (v. 1844) et la Bataille de Sainte-Foy (v. 1854) [tous deux à Ottawa, N. G.], tout comme Souvenirs des jésuites de la Nouvelle-France (1843, Résidence des pères Jésuites, Québec), illustrent magnifiquement son talent dans des compositions allégoriques d'un genre très personnel. On se rappelle surtout aujourd'hui ses paysages (Cascades de la rivière Saint-Charles, v. 1840, musée du Québec).