En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Évariste Luminais

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Nantes 1822  – Paris 1896).

Fils d'un député de l'Assemblée nationale de 1848, Luminais entre à l'École des beaux-arts de Paris vers 1840 et suit l'enseignement de Cogniet, puis de Troyon. Dès 1843, il expose régulièrement au Salon. Peignant tout d'abord des scènes de genre sur la vie quotidienne en basse Bretagne (Pâtre de Kerlat, 1857, musée de Caen ; Braconniers bretons, 1868, musée de Poitiers), il aborde ensuite la peinture d'histoire avec des sujets gaulois (Combat de Romains et de Gaulois, 1835, musée de Carcassonne) et se consacre enfin exclusivement à l'histoire de la dynastie mérovingienne, ce qui lui vaut d'être surnommé " l'Augustin Thierry de la peinture " (la Mort de Chilpéric Ier, hôtel de ville de Lyon ; les Énervés de Jumièges, 1880, musée de Rouen ; le Dernier des Mérovingiens, 1883, musée de Carcassonne). Par la sobriété de ses compositions, son traitement dramatique de la lumière allié à une approche naturaliste, voire historiciste, du sujet, sa peinture participe de la même tentative de renouveler la peinture d'histoire de peintres tels que J.P. Laurens, à la fin du xixe siècle.