En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anthonie de Lorme ou Anthonie de Delorme

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Tournai v.  1610  – Rotterdam  1673).

Déjà mentionné à Rotterdam, en 1627, comme élève du peintre d'architecture Van Vucht, il s'y marie en 1647 et travaille passagèrement à Delft et à Anvers. Ses premiers tableaux datés ne remontent qu'à 1640. Petit maître d'envergure modeste, spécialisé dans la peinture d'église, Lorme répète inlassablement les mêmes motifs, avec une précision sèche et un coloris froid, presque neutre, qui laisse parler les lignes de la perspective. Dans une première partie de sa carrière, il reste fidèle à la manière encore archaïque de Van Vucht et de Steenwyck, affectionnant des intérieurs d'églises imaginaires de style Renaissance tardif, avec des effets d'éclairage artificiel (1641, Kunsthalle de Hambourg, musée de Schwerin ; 1652, musée de Rennes). Puis, dans les années 1650, il se met soudain à la mode nouvelle, décrit des églises réelles avec le seul éclairage du jour et cherche de plus en plus à creuser l'espace et à suggérer des perspectives vraisemblables et bien construites. Son exécution, sa manière et son coloris tendent alors à devenir extrêmement propres et clairs, sinon froids. L'un de ses motifs favoris est l'église Saint-Laurent de Rotterdam, ce que remarquait déjà le voyageur français Monconys, de passage à Rotterdam en 1663 : " Il ne fait que l'église de Rotterdam en diverses vues, mais il les fait bien " (2 exemples, 1655 et 1669, Rotterdam, B. V. B. ; d'autres en 1658 à Schwerin, en 1667 à Grenoble et en 1669 à Lille).