En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Theodor Van Loon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (Bruxelles 1585  – Louvain av.  1660).

Auteur de compositions religieuses, il se tint à l'écart du Baroque anversois de Rubens et s'inscrit dans la tendance néo-romaniste. Cité à Rome en 1602 parmi les élèves de Jacob de Haase, il fit partie de l'Académie de Saint-Luc en 1603. Il résida à Rome jusqu'en 1608 et effectua un voyage à Florence. Il revint à Bruxelles en 1612. Sa Pietà, jadis attribuée à Otto Venius, et son Saint Pierre aux liens — tous deux pour l'église Saint-Jean-Baptiste, au Béguinage à Bruxelles — s'inspirent du clair-obscur et du réalisme caravagesques (Borgianni et Valentin, avec lesquels Van Loon fut probablement en rapport à Rome). Son Martyre de saint Lambert (1617, église de Woluwe-Saint-Lambert) est sans doute l'une des premières œuvres caravagesques réalisée au nord des Alpes. L'influence de Caravage, conjuguée avec celle des modèles des Carrache et de Dominiquin, lui inspire son Assomption de la Vierge et sa Vierge entre les deux saints Jean (tous deux à Bruxelles, M. R. B. A.). Vers la fin de 1623, Van Loon réside à Louvain, où il entreprend une suite de 7 tableaux de la Vie de la Vierge pour l'église de Montaigu, ensemble dont l'Assomption pour le maître-autel est son chef-d'œuvre ; cette époque constitue, au reste, l'apogée de sa carrière de peintre. Van Loon se rendit de nouveau à Rome en 1628, où il résida jusqu'en 1632. Il se fixa ensuite à Louvain, où il termina sa carrière. Les documents font défaut sur cette dernière période de sa vie. En France, il faut citer de lui la Vocation de saint Mattieu (Toulouse, musée des Augustins).