En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Linard

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris v. 1600  – id. ? 1645).

Sa vie nous est de mieux en mieux connue grâce à des documents d'archives, qui prouvent qu'il a joui de son vivant d'une grande notoriété. S'il ne peint que des natures mortes, il ne se limite pas aux seules Corbeilles de fleurs (Louvre), aux seuls Vases de fleurs (Tulipes, musée de Strasbourg, 1639), aux coupes ou aux paniers de Fruits (musée d'Athènes, 1629 ; autres peintures dans diverses coll. part. parisiennes, 1631, 1634, 1638). Il aborde également le genre de l'allégorie (les Cinq Sens ou les Quatre Éléments, 1627, musée d'Alger, en dépôt au Louvre ; les Cinq Sens, 1638, musée de Strasbourg ; les Cinq Sens, Pasadena, Norton Simon Museum) ou de la Vanité (deux tableaux dans des coll. part. parisiennes, 1634 et 1644). L'introduction dans ses natures mortes, d'une perfection discrète, d'un élément d'étrangeté, comme ce papillon de nuit qui vient se poser sur des abricots (Nature morte, 1631, coll. part.), le différencie de ses collègues flamands et néerlandais, plus raffinés, plus savants sans doute, mais moins " poètes ".