En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Léonard Ier Limosin

Concert dans un jardin
Concert dans un jardin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste français (Limoges v. 1505  – v. 1577).

Émailleur, graveur, " peintre ordinaire " et valet de chambre du roi, Limosin, formé peut-être dans l'atelier de Pénicaud, travaille d'abord à Limoges (première œuvre datée de 1532 d'après Dürer). Après 1535, il est influencé par le style bellifontain et converti à l'italianisme (Combat des Centaures et des Lapithes, 1536).

En 1544, il grave une série d'eaux-fortes (8 scènes de la Passion), dont les motifs, inspirés de Rosso, sont repris sur ses émaux (Paris, musée de Cluny). De 1545 datent les Douze Apôtres du musée de Chartres (d'après Primatice). À Paris en 1548, Léonard Limosin devient émailleur de la Cour et valet de chambre du roi. En 1553, il exécute les Émaux de la Sainte Chapelle (Louvre) d'après les dessins de Nicoló Dell'Abate. À la fin de sa vie, il revient à Limoges, où il aura les honneurs du Consulat. Il a porté à la perfection la technique du portrait en émail (Connétable Anne de Montmorency, Louvre). On ne connaît de lui qu'une seule peinture, l'Incrédulité de saint Thomas (musée de Limoges, 1557), qui révèle l'influence de Salviati et de l'école de Fontainebleau. Léonard Limosin émailleur est très supérieur au peintre et au graveur.

Son fils François (mentionné entre 1564 et 1588) travailla avec lui à Bordeaux aux décorations exécutées à l'occasion de l'entrée triomphale de Charles IX.