En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jan Lievens ou Jan Lievensz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Leyde  1607  – Amsterdam  1674).

Fils d'un brodeur de Gand, élève de Joris Van Schooten à Leyde v. 1615, puis de Lastman à Amsterdam v. 1619-1621, il s'établit en 1621 à Leyde, où il demeura jusqu'en 1631, s'y liant d'amitié avec Rembrandt, avec qui il aurait partagé un atelier (1624-25) et collaboré (Esther et Aman, Raleigh, North Carolina Museum). Entre 1632 et 1635, il serait allé en Angleterre, où il aurait peint des portraits et rencontré Van Dyck, qui l'influença. De 1634 à 1643, il est à Anvers, puis rentre en 1644 à Amsterdam, où il restera jusqu'à sa mort, à l'exception de quelques voyages qu'il fit à La Haye (1654-1658, 1670-71). Très lié dès 1621 avec Rembrandt, Lievens, qui paraissait à ses débuts plus doué et plus prometteur que celui-ci, reçut de lui une influence décisive qui marqua toute son œuvre ; lui empruntant sa lumière dramatique et ses clairs-obscurs, il arriva à créer des œuvres si proches de celles de Rembrandt qu'elles purent passer pendant longtemps pour des originaux de ce dernier. Parmi ses œuvres rembranesques, citons Élie et Samuel, Los Angeles, The J. P. Getty Museum, la Résurrection de Lazare (1631, Brighton, Art Gal.), Job (1631, Ottawa, N. G.), le Lavement des pieds (Chicago, Art Inst.), Vieille Femme lisant (Philadelphie, Museum of Art), les Quatre Évangélistes (Bamberg, Staatsgal.). Son séjour anversois (1635-1644) modifia le style de ses œuvres ; marqué par Rubens et Van Dyck, Lievens créa des portraits mondains (Autoportrait ; Anna Maria Van Schurman, Londres, N. G.), genre qu'il avait, du reste, déjà pratiqué, mais d'une manière plus intime, dès sa période leydoise (Constantin Huygens, 1626-27, musée de Douai ; Portrait de jeune homme, Édimbourg, N. G. ; Autoportrait, Copenhague, S. M. f. K.). Influencé aussi par Brouwer et Rubens, il exécuta des paysages fantastiques et étranges, aux troncs d'arbre tortueux et aux effets de contre-jour dramatiques (Paysage de dunes, Rotterdam, B. V. B. ; Paysage boisé, Édimbourg, N. G. ; Agar et l'ange, musée de Rouen). Installé à Amsterdam en 1644, il eut une activité de décorateur, travaillant en 1650 pour la Huis ten Bosch, puis en 1656 pour l'hôtel de ville d'Amsterdam ; il peignit des allégories (la Glorification de la Paix, 1652, Rijksmuseum) et eut une grande activité comme portraitiste (l'Amiral M. H. Tromp, Rijksmuseum ; dessin préparatoire au British Museum). Il a aussi laissé de nombreux dessins et plus particulièrement des paysages (Berlin ; Dresde, cabinet des Dessins ; Paris, Louvre, E. N. B. A. ; British Museum ; Albertina ; New York, Pierpont Morgan Library ; Rotterdam, B. V. B. ; Amsterdam, cabinet des Dessins).