En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Josse Lieferinxe

dit le Maître de Saint Sébastien

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (actif en Provence à la fin du xve s. ).

Son œuvre a d'abord été regroupé sous le nom provisoire de Maître de Saint Sébastien, d'après une série de 7 panneaux illustrant des épisodes de la légende de ce saint (Philadelphie, Museum of Art, coll. Johnson ; Baltimore, W. A. G. ; Ermitage ; Rome, G. N., Gal. Barberini). Charles Sterling a identifié ces scènes avec les panneaux latéraux (8 à l'origine) d'un retable commandé en 1497, par la confrérie de Saint-Sébastien à Notre-Dame-des-Accoules à Marseille, à deux peintres associés, Bernardino Simondi du Piémont et Josse Lieferinxe du Hainaut, et exécuté en 1498 pratiquement par Lieferinxe seul, Simondi étant mort dans l'intervalle. Lieferinxe est signalé à Marseille de 1493 jusqu'à sa mort, entre 1505 et 1508 ; il avait épousé la fille de Jean Changenet, le peintre le plus réputé d'Avignon. On peut lui attribuer également, par comparaison de style, un grand Calvaire (Louvre), un fragment de prédelle représentant une Pietà (musée d'Anvers) et cinq panneaux de volets fermants consacrés à la vie de la Vierge (Mariage de la Vierge, Bruxelles, M. R. B. A. ; Annonciation et Circoncision, musée d'Avignon ; Nativité et Visitation, Louvre) ainsi qu'un Ecce Homo sur toile (Milan, Ambrosiana). Ces tableaux, non documentés, doivent dater de la fin de la courte carrière de l'artiste, v. 1500-1505. De son origine, Lieferinxe tient une culture néerlandaise, qui transparaît dans l'iconographie, le paysage, la technique. L'influence de la peinture piémontaise, générale en Provence à la fin du xve s., est particulièrement sensible chez lui, sans doute à cause de sa collaboration avec l'Italien Bernardino Simondi. Mais, peintre provençal avant tout, Lieferinxe ranime un demi-siècle plus tard la grande tradition d'Enguerrand Quarton, utilisant la lumière avec une franchise tranchante pour définir des volumes simples, unissant dans ses compositions monumentales la noblesse des figures et un pathétique retenu. Il est le dernier des grands peintres de l'école d'Avignon.