En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jack Levine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Boston  1915 – New York 2010).

Il apparaît comme le continuateur le plus fidèle de la peinture sociale des années 30 aux États-Unis. À la différence de Ben Shann, dont le rapproche un même souci passionné de la critique et de la justice sociales, il s'exprime dans un style plus riche, où s'allient les réminiscences du xvie s. et la sensualité de l'Expressionnisme abstrait. Il travailla dans un isolement relatif et se forma d'abord à la Roxbury Community Center, au M. F. A. de Boston et, finalement, à l'université Harvard, sous la direction de Denmon Ross. Il participa au Federal Arts Project pendant la grande crise économique, et c'est durant cette période, peut-être, qu'il peignit ses tableaux les plus originaux, relevant d'un expressionnisme social (la Fête de la pure raison, 1937, New York, M. O. M. A. ; la Rue, 1938, id.), où l'influence de Soutine est sensible. Ses sujets sont peu variés et stéréotypés : policiers, généraux, gangsters, capitalistes et politiciens. Levine veut peindre des tableaux qui soient chargés d'une signification en rapport avec son temps, satire des mœurs et de la corruption engendrée par la civilisation capitaliste (les Funérailles du gangster, 1952-53, Whitney Museum ; la Nuit des élections, 1954, New York, M. O. M. A.). Plus récemment, son œuvre, tout en continuant à traiter de sujets politiques (Birmingham 63, 1963) se tourne vers des thèmes religieux (Caïn et Abel, 1961) ou mythologiques réactualisés (le Jugement de Pâris, 1965). Il est le chef de la Boston School of Painting, le plus ancien et le plus indépendant des mouvements provinciaux, depuis les années 30, mais qu'il ne faut pas confondre avec le Régionalisme. Des artistes tels que Hyman Bloom, Boris Aronson et le populaire Leonard Baskin, graveur et sculpteur, partagent tous avec lui l'esprit social, une poésie teintée de littérature et une évidente compassion pour l'humanité. D'importantes rétrospectives de l'artiste ont eu lieu à Boston (1953), au Whitney Museum de New York (1955), et au Jewish Museum de New York (1978). Il est représenté notamment à New York (M. O. M. A.), Chicago (Art Inst.) et Boston (M. F. A.).