En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges Lepape

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, graveur et illustrateur français (Paris 1887  – id. 1971).

Il fréquente l'atelier de Humbert, où il fait la connaissance de Braque, Picabia, Marie Laurencin, puis il s'inscrit à l'École des beaux-arts dans l'atelier Cormon. Après avoir publié en 1911 les Choses de Paul Poiret vues par Georges Lepape, il exerce une influence remarquable sur l'évolution du goût et de la mode par sa collaboration à la Gazette du bon ton (1912-1915) et à Vogue, dont il fera la presque totalité des couvertures jusqu'en 1933. On lui doit de nombreuses affiches, de celle de Spinelly (1914) au Premier Festival de la Radio-Télévision française (1954), ainsi que des décors et des costumes de théâtre (l'Oiseau bleu, de Maeterlinck, 1923) ou de cinéma (Villa Destin, de Marcel L'Herbier), des illustrations pour des ouvrages de Colette, Paul Géraldy, Sacha Guitry, pour les œuvres complètes d'Alfred de Musset. Il exécute des travaux décoratifs à bord du paquebot Normandie et à la mairie de Vincennes, et de nombreux portraits. Dans les meilleures œuvres de Lepape, le goût du japonisme s'affirme dans les recherches de cadrages imprévus et d'effets de lignes courbes, dans l'emploi en aplats de coloris rares et fruités. Lepape est représenté à Paris (M. N. A. M. : Figure de mode ; au musée des Arts décoratifs), au musée de Tours, au V. A. M. de Londres et au Brooklyn Museum.