En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tamara de Lempicka

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain d'origine polonaise (Varsovie 1898  – Cuernavaca, Mexique 1980).

Élève de l'Académie de Saint-Pétersbourg, elle s'enfuit de la Russie bolchevique et s'installe à dix-sept ans à Paris, où elle étudie sous la direction de Maurice Denis et d'André Lhote. Dès 1923, elle participe à de nombreuses expositions collectives et privées (Kisette au balcon, à l'Exposition internationale des beaux-arts de Bordeaux, v. 1927 ; Paris, M. N. A. M.). En 1938, elle se rend aux États-Unis, d'abord en Californie puis à New York et à Houston, où elle s'installe définitivement. Peintre du " grand monde " de l'entre-deux-guerres, elle appliquait aux tableaux des formules stylistiques empruntées au Cubisme synthétique, en particulier à l'art d'André Lhote et au " Tubisme " de Léger. Bien que son vif succès dans les années 30 n'ait été que passager, la qualité d'exécution de ses nombreux portraits reste indéniable (Jeune Fille aux gants, 1930, Paris, M. N. A. M. ; Portrait de S. Solidor, 1932, musée de Cagnes ; Portrait de Gide, v. 1924-25). Elle a peint aussi de nombreux nus (Adam et Ève, 1972) et quelques natures mortes. Une rétrospective lui a été consacrée (Rome, villa Médicis) en 1994.