En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri Lehmann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français d'origine allemande (Kiel, Holstein, 1814  – Paris 1882).

D'abord élève de son père, le portraitiste hambourgeois Leo Lehmann, il entre à Paris dans l'atelier d'Ingres en 1831 et débute au Salon en 1835 avec un Départ de Tobie (Hambourg, Kunsthalle). Il séjourne à Munich (1837-38), puis longuement à Rome (1839-1842). Établi à Paris en 1842, il prend la nationalité française en 1847, devient membre de l'Institut en 1864 et professeur à l'École des beaux-arts en 1875. L'un des plus vigoureux élèves d'Ingres, dessinateur énergique et sobre, il est aussi bien portraitiste (Liszt et Marie d'Agoult, tous deux à Paris, musée Carnavalet ; Gounod, Paris, musée de la Musique ; Nieuwerkerque, château de Compiègne ; Ingres, Paris, E. N. B. A.) que peintre de décors religieux (1842, Paris, église Saint-Merri ; 1843, chapelle des Jeunes Aveugles ; 1847, Saint-Louis-en-l'Île) et civils (1852, galerie des fêtes de l'Hôtel de Ville de Paris, ensemble détruit lors de la Commune ; décors, également détruits, au palais du Luxembourg et au Palais de Justice ; Le Droit prime la Force, 1873, pour l'École de droit, Louvre). La Kunsthalle de Hambourg conserve 6 tableaux de l'artiste, dont 2 Autoportraits.