En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alphonse Legros

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur britannique d'origine française (Dijon 1837  – Watford, Grande-Bretagne, 1911).

Il connut une adolescence besogneuse en travaillant chez un peintre en bâtiment. Venu à Paris en 1851, il entra dans l'atelier de Lecoq de Boisbaudran, où il se lia avec Fantin-Latour. Il débuta au Salon en 1857 (Portrait de son père, 1856, musée de Tours) et, dès cette époque, se fit remarquer par des estampes. Sa vie durant, il pratiqua l'eau-forte et laissa un œuvre gravé considérable. Il fut l'un des auteurs principaux du renouveau de la gravure sous le second Empire, fondant ainsi en 1862 la Société des aquafortistes et, en 1880, la Royal Society of Painters-Etchers and Engravers.

Il s'inspira d'abord de Holbein, pour recevoir ensuite l'influence déterminante de Courbet, mais son réalisme se para d'un sentiment de religiosité et d'un esprit archaïsant, comme dans l'Ex-voto (1860, musée de Dijon). À l'égal de ses contemporains ralliés au mouvement réaliste, il s'adressa aussi aux maîtres espagnols. Leur influence est visible dans le Portrait de Manet (1863, Paris, Petit Palais) et surtout dans l'Amende honorable (1867, musée de Cambrai), qui est une démarcation de Zurbarán. N'arrivant pas à percer véritablement à Paris, et pris dans des difficultés financières, il s'établit à Londres en 1863 sur la recommandation de son ami Whistler. Il y connut un succès rapide mais, quoique fixé en Grande-Bretagne, continua à entretenir des relations suivies avec les milieux artistiques parisiens. Son vérisme empreint de recueillement (Intérieur d'église, v. 1865-1870, Oxford Ashmolean Museum ; le Sermon, 1871, Édimbourg, N. G. ; la Bénédiction de la mer, 1871, Sheffied, City Art Gal. ; le Repas des pauvres, 1877, Londres, Tate Gal. ; Femmes en prière, 1888, id.) éveilla auprès du public britannique une large audience. Il eut une forte influence sur l'art anglais de la fin du siècle, tant par son enseignement à la nouvellement créée Slade School of Arts de Londres, comme professeur de gravure (1875-1893), que par son amitié avec les peintres liés à la Grosvenor Gallery (Poynter, Leighton, Burne-Jones, Seymour-Haden). Une exposition rétrospective de son œuvre, présentant ses peintures et ses gravures, a eu lieu à Dijon en 1987.