En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jules-Jean Antoine Lecomte du Nouy

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1842  – id. 1923).

Issu d'une famille noble piémontaise, il entre en 1862 dans l'atelier de Gleyre, puis dans celui de Gérôme. En 1872, il voyage en Italie et en Orient —Égypte et Turquie— , où il fait de nombreux croquis relatifs aux fouilles archéologiques en cours. Sous l'influence de Gérôme, il peint des œuvres orientalistes, souvent inspirées d'œuvres littéraires contemporaines (le Roman de la Momie et les Porteurs de mauvaises nouvelles [1871, Tunis, ministère des Affaires culturelles] de T. Gautier ; les Orientales de V. Hugo, sources de son célèbre tableau, Ramsès dans son harem ; Homère mendiant, 1881, musée de Grenoble). Son goût pour l'histoire l'amène aussi à traiter des sujets tels que Garde-Côtes gaulois (1888, Paris, Orsay), dans le style précis et réaliste de son maître. En 1875, il est chargé du décor de la chapelle Saint-Vincent-de-Paul de l'église de la Trinité à Paris. Il peint également plusieurs portraits (A. Crémieux, 1878, Paris, Orsay), notamment pour la cour de Roumanie, où son frère occupe les fonctions d'architecte officiel.