En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter Van Laer ou Pieter Van Laar

dit aussi Bamboccio ou Bamboche

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Haarlem 1599  – id. [ ? ] 1642 ?).

De son véritable nom Pieter Boddingh Van Laer, il a pu être l'élève d'Esaias Van de Velde à Haarlem. Vers 1625, Van Laer se rendit à Rome, où il resta jusqu'en 1639 avec son frère aîné Roelant (1610/11 – v. 1640) , peintre lui aussi. Il s'y lia d'amitié avec Herman Van Swanevelt et Sandrart et y rencontra aussi Claude Lorrain et Poussin ; il dut jouer un rôle assez important dans le cercle d'étrangers bruyants qui travaillèrent à Rome entre 1630 et 1640, et plus particulièrement dans le groupe de peintres nordiques rassemblés dans la " Schilderbent " ou gilde des peintres. À cause de sa taille difforme (émouvants Autoportraits à la Gal. Pallavicini de Rome et aux Offices), il fut surnommé " Bamboccio ", mot que l'on pourrait traduire par " pantin ". Ce surnom est à l'origine de l'appellation donnée à un nouveau genre de peinture que Van Laer créa à Rome et qui l'a rendu célèbre : la " bambochade ", représentant des scènes de la rue romaine (le Coup de pistolet, Ermitage ; Scène italienne, Offices ; Voyageurs avec des chevaux devant une auberge italienne, Florence, Pitti ; Voleurs devant une grotte, Cavaliers devant une auberge, Rome, Gal. Spada ; les Flagellants, Munich, Alte Pin.). Ces scènes sont animées de types populaires vêtus de haillons et coiffés de grands chapeaux à larges bords. Le peintre utilisait des couleurs sourdes et empâtées, mêlant sa formation hollandaise à la tradition caravagesque. Les " bambochades " se vendirent aussitôt très facilement à Rome et furent imitées par un groupe de " bamboccianti ", parmi lesquels on compte Miel, Lingelbach, Cerquozzi et Bourdon. On a redécouvert récemment l'importance de Van Laer paysagiste ; il fut le premier peintre néerlandais à composer ses paysages de quelques groupes d'arbres et de collines de dimensions assez importantes au milieu desquels il plaçait des figures de genre ; celles-ci, grandes par rapport à la surface, peintes avec souplesse et de façon vivante, forment une partie essentielle de la composition : le Départ de l'hôtellerie (Louvre), les Pâtres (id.), Forges dans des ruines romaines (1635, musée de Schwerin). Il s'agit souvent de bergers accompagnés de leurs animaux ou de chasseurs avec leurs chiens : Bergers et lavandières (Rijksmuseum), Ruines et troupeau (Prado). Ainsi Van Laer fut-il le créateur de deux genres nouveaux qui devaient avoir beaucoup de succès en Hollande apr. 1640 et être imités jusqu'au xixe s. : le " tableau pastoral " et le " tableau de chasse ". Vers 1640 et plus tard, ce furent non seulement des paysagistes italianisants (Berchem, Asselijn, Dujardin, Weenix) qui s'inspirèrent de ces genres introduits par Van Laer, mais aussi des peintres qui, selon toute probabilité, n'ont jamais voyagé eux-mêmes dans le Midi : Adriaen Van de Velde, Dirck Stoop, Philips Wouwerman. En 1639, Van Laer rentra à Haarlem, en passant par Amsterdam. Il peut avoir influencé les peintres néerlandais non seulement par les œuvres qu'il peignit à son retour, mais aussi par les tableaux qu'il exécuta à Rome, qui, comme les documents nous l'apprennent, furent achetés très cher en Italie et transportés en Hollande à cette époque. Van Laer lui-même repartit pour l'Italie en 1642, mais, à partir de cette date, sa vie n'est plus documentée, comme l'écrit plaisamment son biographe Schrevelins, " il disparut comme Empédocle ".