En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles de La Traverse

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et dessinateur français (Paris 1725  – id. 1787 [?]).

Élève de Boucher, il obtint en 1748 le second prix de Rome et fut classé parmi les 6 " élèves protégés ", ce qui lui permit de séjourner à Rome de 1749 à 1755 : il envoya au Salon de 1750 une Mort d'Hippolyte, au Salon de 1751 Alexandre le Grand fait peindre ses favorites. Il s'attacha ensuite à l'ambassadeur de France à Naples, le marquis d'Ossun, qui l'employa comme secrétaire ; il exécuta pendant son séjour à Naples un recueil de charmantes eaux-fortes, Grida ed altre azioni del popolo di Napoli, qui représente les cris de la rue et les types populaires. Le roi de Naples, Charles III, étant devenu roi d'Espagne (1759) et l'ambassadeur étant transféré de Naples à Madrid, La Traverse le suivit et demeura une quinzaine d'années à Madrid, mi-peintre, mi-attaché d'ambassade. Il fut le maître et l'ami de Paret y Alcázar. Il n'était sûrement pas de retour à Paris en 1779, mais la date exacte de sa mort reste incertaine.

Les peintures connues de La Traverse sont peu nombreuses (Tobie faisant enterrer les morts, musée de Saintes ; Chasse à courre, Prado ; les Enfants de Charles III, Madrid, Acad. de San Fernando) et honorables, sans plus. En revanche, il apparaît comme un dessinateur très vivant, dynamique et ingénieux, l'un des plus " baroques " du xviiie s. français dans les deux grandes collections conservées au musée de Besançon et à la B. N. de Madrid : sujets mythologiques, allégoriques, compositions décoratives révèlent un virtuose aussi brillant que mal connu.