En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John La Farge

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (New York 1835  – Providence 1910).

Il était le fils d'émigrés français riches et cultivés et reçut ainsi une excellente éducation classique. Il fut un temps l'élève de Thomas Couture à Paris, voyagea en Angleterre, où, à Manchester, il put voir des œuvres des peintres préraphaélites, mais ne décida de se consacrer à la peinture que plus tard, en 1859, après avoir travaillé avec W. M. Hunt. Il commença par des peintures de fleurs mais une grave maladie l'obligea à s'interrompre. Remis, il accepta la commande de la décoration intérieure de Trinity Church, à Boston, qui venait d'être achevée par le célèbre architecte Henry H. Richardson (1876). Il réalisa pour ce faire décorations murales et vitraux, s'intéressant de près à ces techniques, qu'il contribua à faire revivre sur le continent américain. Il devait travailler à d'autres églises, cette fois new-yorkaises, dans les années suivantes (St. Thomas, 1877-78 ; églises de l'Incarnation et de l'Ascension, respectivement 1885 et 1886-1888). Son talent était alors reconnu (il pratiqua aussi l'aquarelle et donna des illustrations pour divers ouvrages), mais lui-même était considéré comme isolé par rapport aux divers courants qui traversaient la peinture américaine. Il fut l'un des premiers à se rendre au Japon (1886) et fit aussi en 1890-91 un séjour dans les mers du Sud (Maua, our Boatman, 1891, Andover, Mass., Addison Gallery of American Art). On doit également à La Farge des essais et écrits sur l'art, parmi lesquels Considerations on Painting (1895) et An Artist's Letters from Japan (1897).