En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Salomon Koninck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Amsterdam 1609  – id.  1656).

Fils d'un orfèvre anversois, élève de David Colyns, puis de Vessant et de Moyaert, il devint membre de la gilde d'Amsterdam en 1630 et subit bientôt la puissante influence de Rembrandt, au moins jusqu'en 1642 sans jamais avoir été son élève. Il cédera ensuite à la nouvelle mode d'une peinture décorative et finie. Pasticheur habile et fidèle de Rembrandt, il se spécialisa dans la représentation, quelque peu anecdotique par son rendu du détail, des effets de lumière et de matière, de vieillards barbus vus à mi-corps, tel le Peseur d'or (1654, Rotterdam, B. V. B.), qui attestent, à l'instar d'un Lievens ou d'un Gerrit Dou, la vogue de ce motif pittoresque chez les élèves et imitateurs de Rembrandt, comme chez le maître lui-même d'ailleurs. De nombreuses œuvres de goût rembranesque attribuées à Philips Koninck doivent sans doute lui être rendues (l'absence des prénoms dans certaines citations d'œuvres à partir de vieux inventaires ou catalogues de vente permet la confusion). L'artiste ne semble pas avoir de liens de parenté avec ce dernier, sinon très lointains. Salomon Koninck fut aussi graveur à l'eau-forte.