En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Konrad Klapheck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Düsseldorf  1935).

Issu d'une famille d'historiens d'art, il se forma à l'Académie de Düsseldorf (1954-1958) dans l'atelier de Bruno Goller, dont l'enseignement le marqua vivement. En pleine période tachiste, ses débuts affirment une conception tout opposée : en 1955, il peint sa première Machine à écrire, dont la froide objectivité est exactement contemporaine de celle des premiers " Drapeaux " de Jasper Johns. Cette manifestation inactuelle prolonge en fait deux tendances historiquement définies : la Neue Sachlichkeit (" Nouvelle Objectivité ") allemande des années 20, dont la technique impersonnelle restitue les objets de l'entourage quotidien, et le Surréalisme, pour lequel les choses ont une signification symbolique, aux profondes répercussions psychiques. Klapheck donna à ses tableaux représentant des machines à écrire, des machines à coudre, des téléphones ou des robinets des titres choisis — Die Sittenrichter (les " Censeurs ", 1963, Krefeld, Kaiser Wilhelm Museum), Das Muttersöhnchen (le " Fils à maman ", 1963, Wolfsburg, coll. de la ville), Heldenlied (" Épopée ", 1975, Cologne, coll. Ludwig) —, titres qui, comme ceux de Klee, ajoutent une dimension nouvelle au tableau. Cette interprétation des " objets " utilitaires éclaire d'un jour nouveau l'homme et son activité quotidienne. Comme la forme nettement circonscrite, la couleur joue dans les œuvres de Klapheck un rôle décisif ; surtout monochromes, les motifs disposés parallèlement présentent une plasticité nette et un coloris explicite, malgré sa matité et sa sobriété, et se détachent sur des fonds clairs. Après un assez long séjour à Paris en 1955-56, où il se familiarise avec l'œuvre de Duchamp et de Roussel, Breton le reconnaît en 1961 comme le représentant de la troisième phase du Surréalisme et compare ses tableaux en 1965 aux machines célibataires des dadaïstes. Klapheck acquit une position internationale grâce à son exposition de New York, en 1970.