En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Moïse Kisling

Amedeo Modigliani, Moïse Kisling
Amedeo Modigliani, Moïse Kisling

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français d'origine polonaise (Cracovie 1891 – Sanary-sur-Mer, Var, 1953).

Élève de J. Pankiewicz, à l'Académie de Cracovie, il se rend à Paris en 1910 sur son conseil. Il est à Céret en 1911-12 avec Picasso et Gris. En 1912, il a pour premier marchand Adolphe Basler. Il s'installe rue Joseph-Bara à Montparnasse et reçoit beaucoup, notamment Modigliani, Soutine, Derain, Gris, Picasso. La diversité de ces contacts peut expliquer l'éclectisme de ses premiers tableaux, où coexistent assez harmonieusement la mise en page disciplinée du Cubisme et la couleur (Nature morte au pichet, 1913, Genève, Petit Palais, fondation Ghez). Engagé dans la Légion étrangère, blessé et réformé (1915), Kisling réside entre 1917 et 1920 dans le Midi (Marseille, environs de Toulon, Sanary) ; il y exécute des portraits (Jean Cocteau, 1916, id. ; l'Homme à la pipe, 1916, id.) et des paysages d'une stylisation assez naïve. Le somptueux Nu au divan rouge (1918, id.), à la fois expressionniste et décoratif, illustre bien le syncrétisme de son art. Une exposition chez Duret, en 1919, affirme son succès et Kisling devient le peintre des " années folles ". Si l'artiste subit, comme tant d'autres, l'ascendant de Derain après la guerre, il ne renonça pas à ses premiers acquis, notamment à la couleur. Ses nombreuses figures féminines, portraits et nus, souvent empreintes d'une nostalgie proche de celle de Modigliani, occupent une place non négligeable dans l'iconographie de l'après-guerre, avec leur composition un peu raide, leur dessin sec limitant des tons parfois stridents (la Rousse, 1929, id. ; Jeune Fille au châle polonais, 1928, Paris, M.N.A.M.). Kisling vécut à New York de 1941 à 1946 et, à son retour en France, surtout à Sanary. Il est représenté dans de nombreux musées, Paris (M.N.A.M.), Grenoble, Genève (Petit Palais, fondation Ghez), Cologne (W.R.M.), Stockholm (Nm).