En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cornelis Ketel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et architecte néerlandais (Gouda  1548  – Amsterdam  1616).

Fils de G. J. Van Proyen, il fut l'élève de son oncle Cornelis Jacobsz Ketel, mort en 1568, et d'Anthonie Blocklandt à Delft (1565). En 1566, il voyagea à Fontainebleau et Paris. En 1568, il est cité à Gouda, puis partit en 1573 pour l'Angleterre où il dut rencontrer Federico Zuccaro. À Londres, il peignit le portrait de la reine Elizabeth (1578) et quelques portraits de nobles anglais, dont celui d'Edward Fiennes of Clinton (1574, Londres, N. P. G.). En 1581, il était de retour à Amsterdam, où il exécuta le dessin très libre représentant une Allégorie au miroir (Amsterdam, cabinet des Dessins). En 1590, il s'installa à Gouda. Peintre d'allégories complexes aujourd'hui perdues mais décrites par Van Mander et documentées par des gravures (Allégorie de la Nature humaine, Amsterdam, Rijksprentenkabinet), il s'illustra plus particulièrement dans le genre du portrait avec la Famille (musée d'Utrecht), le Portrait d'homme (1601, Rotterdam, B. V. B.), le Portrait de Dirck Barendsz (1590, Rijksmuseum) et les " Arquebusiers " (1588, la Sortie de la compagnie du capitaine Rosecrans, Rijksmuseum), type de portraits collectifs animés qui préfigurent ceux de Frans Hals. Dans le domaine de la peinture d'histoire, Ketel est une figure centrale du maniérisme tardif, à côté de Goltzius et de Cornelis Van Haarlem. Cornelis Ketel eut pour élève Dirck Barentsz.