En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jonathan Eastman Johnson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Lovell, Maine, 1824  – New York 1906).

Fils d'un homme politique local, il se forma à Boston chez le lithographe Bufford. Avant de s'embarquer pour l'Europe, en 1849, Johnson avait acquis une certaine réputation à Boston et à Washington comme portraitiste de la bourgeoisie locale (Dolley Madison, 1846, Cambridge, Mass., Fogg Art Museum). Il avait aussi dépeint la vie de l'Amérique rurale.

En Europe, il séjourna d'abord à Düsseldorf, où il étudia avec Emmanuel Leutze, peintre américain établi dans cette ville. En 1851, cependant, mécontent de l'enseignement qu'il recevait, il se rendit à La Haye, où il étudia surtout les maîtres anciens et devint un portraitiste en renom. En 1855, enfin, il s'établit à Paris et fréquenta l'atelier de Couture. Son tempérament l'inclinait d'ailleurs naturellement à l'enseignement professé par Couture (le Jeune Savoyard, 1853, New York, Brooklyn Museum). De retour aux États-Unis en 1855, Johnson rechercha des sujets nouveaux. Il abandonna les compositions de genre de type hollandais (les Faux Monnayeurs, 1851-1855, IBM Corporation ; les Joueurs de cartes, 1853, coll. part.) pour des scènes plus typiquement américaines. Comme Catlin, il s'intéressa d'abord à la vie des Indiens (Canoe of Indians, 1857, musée de Duluth, Minnesota), mais il acquit une grande réputation pour des compositions pittoresques retraçant la vie des Noirs dans le Sud (Life in the South, 1859, New York, Historical Society, qui fut lancé à la fois par les partisans et les adversaires de l'esclavage) ou celle des paysans américains (Corn Husking, 1860, Syracuse, New York, Everson Museum of Art ; Sugaring off [la Préparation du sirop d'érable], 1861-1866, musée de Providence, Rhode Island). Il continua par la suite à traiter les mêmes thèmes (Cornhusking Bee, 1876, Chicago, Art Inst. ; Cranberry Pickers, 1875-1880, San Diego, Timben Art Gal.), mais il ajouta à son répertoire de merveilleuses scènes d'intérieurs et des portraits, reflets somptueux de la bourgeoisie triomphante (The Blodgett Family, 1864 ; The Hatch Family, 1871, Metropolitan Museum ; la Discussion d'affaires, 1881, New York, id.) ou parfois d'une intimité plus troublante (The Earring, 1873, Washington, Corcoran Gal. ; Not at Home, 1872-1880, New York, Brooklyn Museum ; The Little Convalescent, 1872-1880, Boston, M. F. A.). Johnson se consacra progressivement à ce genre dans les années 1880. Il avait été élu en 1860 à la National Academy of Design.

Il est représenté dans les musées suivants : Andover, Mass., Phillips Academy ; Deerfield (Mass.), Academy ; Detroit (Inst. of Arts) ; San Diego, Fine Arts Gal. ; Milwaukee (Art Center) ; Newark Museum ; Philadelphie (Museum of Art) ; Smith College.