En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Eugen Jettel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien, (Johnsdorf, Moravie, 1845  – Lussingrande 1901).

Comme E. J. Schindler, R. Ribarz et R. Russ, il étudia à partir de 1860 le paysage à l'Académie de Vienne chez Albert Zimmermann, et entreprit des voyages d'études avec des amis ; Pettenkofen l'encouragea également dans cette voie. À partir de 1870, il se rendit en France, où il connut les peintres de Barbizon et fut marqué par Jules Dupré. Après que Sedelmeyer, qui était originaire de Vienne et possédait un commerce d'art à Paris, eut conclu avec lui un contrat (1873-1897), Jettel s'installa à Paris, y exposant chaque année ; son intérieur modeste devint alors le lieu de rencontre des peintre autrichiens et allemands. Après 1897, l'artiste exposa avec succès à la Wiener Secession et revint à Vienne. Pendant les dernières années de sa vie, il travailla beaucoup en Dalmatie, et ses couleurs devinrent plus lumineuses. Jettel montre une prédilection pour les paysages dénués de caractère pittoresque, emplis de rêve silencieux et de douceur intime. Son paysage de landes (1879, Vienne, Österr. Gal.), avec ses arbres morts et ses nuées d'oiseaux, s'apparente au style narratif de Millet, mais avec plus de réserve et un plus grand souci de l'atmosphère. L'Étang des oies (1898, id.) caractérise bien la campagne au nord de Vienne. La plupart des tableaux de Jettel, y compris les grands formats, ont été peints sur bois, ce qui accentue le caractère raffiné de sa technique et la délicatesse de ses harmonies.