En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcel Janco

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre israélien d'origine roumaine (Bucarest 1895  – Tel-Aviv 1984).

Il étudie l'architecture à Zurich (1913-1916) et participe avec Arp, Tzara et Ball aux toutes premières manifestations dada, au Cabaret Voltaire (Portrait de Tristan Tzara, v. 1916, Jérusalem, musée d'Israël). Il réalise alors des reliefs peints, des sculptures (Masque, 1919, Paris, M. N. A. M.) et des peintures abstraites (Architecture Empire brillant, 1918, Zurich, Kunsthaus) après avoir connu une courte phase figurative marquée par le Futurisme (Bal à Zurich, 1917, Jérusalem, musée d'Israël). Janco travaille à Paris de 1920 à 1923 et se sépare bientôt des surréalistes, par opposition de caractère mais aussi d'idéologie. Rentré à Bucarest en 1923, il y dirige le mouvement et la revue Contimporanul. Arrivé en Palestine en 1940, après l'avènement du régime fasciste en Roumanie, il y devient rapidement l'un des principaux animateurs de la vie artistique. En 1948, il est l'un des fondateurs du groupe Horizons nouveaux et expose dans son cadre pendant plusieurs années.

En 1953, il fonde le village d'artistes Ein Hod, près de Haïfa, espérant y appliquer ses idées sur l'art, l'artisanat et la fonction de l'artiste dans la société. L'art de Janco se développe suivant deux directions : l'une unit l'esprit dada à un certain Classicisme abstrait et prolonge l'œuvre de jeunesse dans des peintures et des reliefs fortement structurés (Paysage, 1963, Jérusalem, musée d'Israël), l'autre est expressionniste, quelquefois symbolique, chargée d'émotion tragique (les Sirènes, 1949) et parfois empreinte d'un humour très personnel, manifesté dans les portraits et les scènes de vie orientale.

À partir de 1965, dans ses reliefs métalliques, Janco revient, d'une façon spectaculaire, aux conceptions plastiques de sa jeunesse. Il a illustré divers ouvrages (notamment de Tristan Tzara) et exécuté des décors de théâtre. Le musée de Tel-Aviv lui a consacré une rétrospective en 1972. Ses œuvres se trouvent dans les musées d'Israël (Jérusalem et Tel-Aviv), de Roumanie, de Suisse, de Paris (M. N. A. M.) et de Chicago (Art Inst.).