En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jaime Baço, dit Jacomart

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Valence v.  1411  – id. 1461).

Il travaille sous la protection du roi Alphonse V d'Aragon en 1460, et de son fils, Juan II. Un document nous indique qu'en 1442 le souverain l'appelle à Naples et le nomme " peintre de la Couronne ". Les nombreux privilèges qui lui sont accordés prouvent l'estime qu'on lui porte. À partir de 1451, il est de nouveau mentionné à Valence jusqu'à sa mort (1461). Les archives témoignent d'une abondante production, qui, malheureusement, ne nous est pas parvenue. On sait ainsi que, en 1441, il signe le contrat de retables pour l'église de Burjasot et pour la cathédrale de Valence ; en 1447, il décore 20 étendards aux armes royales ; en 1458, il est rétribué pour un Retable de sainte Catherine destiné à la chapelle du palais qu'il fait exécuter par un autre artiste, et en 1460 il commence le retable de l'église de Catí, seule œuvre conservée et documentée. Cependant, la personnalité de l'artiste pose encore de difficiles problèmes, car ce retable révèle une grande parenté stylistique avec le Retable de sainte Ursule, signé par Juan Reixach (Barcelone, M. A. C.), ce qui prouverait que Jacomart a de nouveau abandonné l'exécution d'une commande à son collaborateur. Il n'est plus possible de lui attribuer le Retable de sainte Anne, exécuté pour la chapelle funéraire des Borgia à Játiva, depuis la découverte d'un document (Archivio di Stato de Roma) établissant son paiement à Pedro Reixach en 1452.

L'importance historique de Jacomart, attestée par les documents, justifie un rôle d'initiateur, qu'il est difficile aujourd'hui de définir faute de saisir avec certitude sa responsabilité personnelle dans les œuvres exécutées en collaboration avec les Reixach.