En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dirck Jacobsz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Amsterdam v.  1497  – id. 1567).

Fils et élève du peintre Jacob Cornelisz Van Oostsanen dont il peignit le Portrait au chevalet peignant sa femme (v. 1550, Toledo, Museum of Art), Dirck Jacobsz fut aussi marqué par l'exemple de Scorel, dont il fut le condisciple dans l'atelier de son père. Il se consacra presque exclusivement au portrait ; on lui doit notamment l'un des plus anciens tableaux corporatifs connus en Hollande : la Confrérie des arquebusiers d'Amsterdam (1529, Amsterdam, Rijksmuseum). Ses portraits, si scoréliens d'esprit, se distinguent toutefois par une plus grande importance accordée au paysage, sur le fond duquel se détachent les modèles, et s'imposent par la fermeté du dessin et la franchise un peu austère du coloris. Comme d'excellents exemples de l'art de Dirck Jacobsz, on citera l'attachant Portrait de femme (musée de Besançon), jadis attribué à Scorel, les Volets de retable de 1530, représentant des donateurs (Stuttgart, Staatsgal.), ou le portrait du marchand d'Amsterdam Pompejus Occo (v. 1534, Amsterdam), où le modèle se détache très lisiblement sur un fond de paysage imaginaire. Dirck Jacobsz apparaît ainsi comme l'un des meilleurs représentants de la jeune école amsterdamoise du xvie s.